Rechercher un Fournisseur
Trouver un
magasin bio
Annuaire Vert Focus sur la vitamine D

Focus sur la vitamine D


Réputée depuis plusieurs années pour ses bénéfices sur la solidité des os et dans la prise en charge des personnes souffrant d'ostéoporose, la vitamine D ne cesse de faire couler beaucoup d’encre. Car les études tendent à montrer que 2 français sur 3 souffrent d'insuffisance en vitamine D. Cette déficience tient principalement à notre mode de vie actuel et au fait que nous nous exposons de moins en moins au soleil. Comment dans ce cas pallier à cette déficience en vitamine D ? Zoom sur cette vitamine bien surprenante…


Une vitamine vraiment à part

Rappelons tout d’abord que les vitamines sont des substances que l’organisme ne peut synthétiser lui-même, à l’exception notamment de la vitamine D ou calciférol, qui n’est donc à proprement dit pas une vitamine, mais davantage une pro-hormone liposoluble, autrement dit un précurseur d'hormones qui a son activité propre. Elle est essentiellement produite par la peau, puis est ensuite transportée par le sang et transformée à partir du foie et des reins en métabolite actif. Elle joue un rôle essentiel dans le métabolisme du calcium.

Il existe deux façons de réaliser des stocks de vitamine D, soit par des mécanismes de synthèse réalisés par l’organisme lui-même, soit par un apport extérieur venant de l’alimentation ou d’une supplémentation. On trouve également de la vitamine D dans les huiles de foie de poisson de mer gras, ainsi que dans la chair de ces poissons. Les plus riches des poissons en vitamine D sont les saumons, les harengs et les sardines. On trouvera également de la vitamine D dans les germes de blé, les levures alimentaires et certains champignons.


Le saviez-vous ?

C’est le docteur A. Trousseau, qui, le premier, recommande dès 1865 l’utilisation d’huile de foie de morue pour traiter les méfaits du rachitisme.



Les diverses formes de la vitamine D

La vitamine D existe sous deux formes ayant chacune leur particularité. On trouve la vitamine D2, d’origine végétale appelée l’ergocalciférol et la vitamine D3, d’origine animale, appelée le cholécalciférol.
La vitamine D peut prendre des formes exogènes d’origine alimentaire (la vitamine D2) et des formes endogènes, produites par la photosynthèse cutanée (la vitamine D3).


Des propriétés multiples

La vitamine D active a un rôle majeur dans la régulation du métabolisme phosphocalcique en agissant sur l’intestin et l’os. Sans vitamine D, nous pourrions manger de grandes quantités de calcium, notre organisme ne le retiendrait pas. Elle favorise en effet, l’absorption intestinale active du calcium et du phosphore alimentaires dans l’intestin grêle. En mettant à disposition le calcium dans le sang, elle aide à la fixation du calcium sur les os, c’est-à-dire à une meilleure minéralisation osseuse.

La vitamine D serait par ailleurs capable d’agir sur de nombreux tissus de l’organisme et d’influencer : la prolifération et la différenciation cellulaires, l’apoptose («mort » cellulaire qui serait un mécanisme de défense contre les tumeurs), les sécrétions d’insuline (diabète) et de rénine (tension), la production d’interleukines et la bactéricidie (défense contre les infections). Des données épidémiologiques et expérimentales sont en faveur d’un rôle protecteur de la vitamine D contre les cancers, le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires, auto-immunes, infectieuses, rénales, les douleurs chroniques, l’arthrose et le déficit musculaire. Car si la vitamine D a une influence sur l’os, elle en a également une sur le muscle. En améliorant le tonus musculaire, la vitesse de marche et les capacités d’équilibre des personnes âgées carencées, elle réduit l’incidence des chutes et des fractures.

La vitamine D est enfin une arme efficace contre l’ostéoporose, tant sur les plans squelettique que musculaire. Elle est particulièrement efficace dans la prévention des chutes et fractures chez les personnes âgées. Une supplémentation journalière en vitamine D de 800 à 1000 UI est alors nécessaire.



La vitamine du soleil

Rappelons que 80 à 90% de la vitamine D nécessaire à l’organisme peuvent être procurés par une bonne exposition solaire. Il suffit pour cela, de s’exposer 15 à 20 minutes par jour, à certaines heures précises où le soleil est au maximum de son efficacité (entre 11h et 15h). Toutefois, si on ne s’expose pas suffisamment au soleil, il y a un risque d’être rapidement carencé en vitamine D. Par ailleurs, la capacité de l’organisme à assurer la synthèse de la vitamine D peut diminuer avec l’âge.
Afin d’évaluer la véritable teneur du corps en vitamine E, vos clients pourront effectuer une prise de sang pour contrôler le taux de 25 Hydroxycholecalciférol, devant être au minimum de 20 à 30 ng/ml.

Lorsque l’ensoleillement ne suffit pas, un apport extérieur reste indispensable pour le maintien du stockage de la vitamine D.

Qui peut manquer de vitamine D ?

•    Les personnes qui s’exposent peu au soleil
•    Les personnes souffrantes ou convalescentes ne pouvant sortir de chez elles
•    Les seniors et personnes âgées
•    Les végétaliens puisqu’ils ne consomment ni viande ni poisson (et ces derniers sont nombreux à venir chez vous)
•    Les personnes souffrant de maladies de l’appareil digestif, les intestins jouant un rôle important dans la réabsorption vitaminique.


La supplémentation en vitamine D

Plusieurs aliments peuvent apporter des doses de vitamine D qui, bien qu’insuffisantes en général, sont malgré tout indispensables. Parmi eux, on trouve :
-    l’huile de foie de morue avec 3400 UI* pour 100 grammes d’aliments
-    le hareng cru avec 900 UI pour 100 grammes d’aliments
-    le saumon avec 500 UI pour 100 grammes d’aliments
-    les sardines en boîte avec 300 UI pour 100 grammes d’aliments…

* UI : Unité Internationale

Le saviez-vous ? Il faudrait manger 22 œufs par jour pour couvrir nos besoins minimaux en vitamine D par l’alimentation…

En-dehors de ces aliments, il est aussi recommandé de consommer des produits variés tels que les huîtres crues, le lait de soja enrichi, la truite ou le brochet. Si certains champignons et les tomates contiennent de la vitamine D en petite quantité, très peu de fruits et légumes en possèdent toutefois parmi leurs composants.

La supplémentation en vitamine D d’origine naturelle (et non synthétique) s’avère par conséquent très utile pour assurer un bon équilibre en vitamine E, en plus de l’ensoleillement. Il est recommandé de consommer des doses de 1000 à 5000 UI de vitamine D par jour pour en optimiser l’efficacité.

Comme nous venons de le voir, l’insuffisance en vitamine D est de plus en plus fréquente et pas seulement chez les sujets âgés et sédentaires. Conscients que la vitamine D tient un rôle non négligeable dans la prévention de nombreuses pathologies, sa supplémentation naturelle apparaît comme la solution pour atteindre une valeur supérieure à 800 UI par jour et avec des apports en calcium suffisants. Vous avez donc un rôle à jouer dans l’offre en magasin de compléments alimentaires adaptés et dans l’information pertinente à transmettre à vos clients.

 

Pour aller plus loin …


Ce site Internet est votre espace. Faites-le vivre !

Laissez vos commentaires, complément d’information et retours d’expériences ci-dessous.

Retour en haut de la page
Commentaires (0)
Poster un commentaire

*Champs obligatoire