► Retour à la home
Annuaire Vert
actualités
L’état des lieux du bio en restauration hors domicile

L’état des lieux du bio en restauration hors domicile

L’Agence BIO a présenté le lundi 18 novembre : L’état des lieux du bio en restauration hors domicile. Un an après la promulgation de la loi EGalim. Résultats des enquêtes exclusives Agence BIO/ CSA Research, AND International menées auprès des acteurs de la restauration collective et commerciale.

L’objectif de la loi EGAlim de 2018 est pour le moins ambitieux : 20 % de produits bio ou issus d’une ferme en conversion dans la restauration collective d’ici 2022. Un an après sa promulgation, qu’en est-il ?

L’Agence BIO prend la mesure de la transformation engagée : les progrès déjà réalisés, mais aussi les difficultés de sa mise en oeuvre sur le terrain. Pour sa 7e édition, notre grande enquête annuelle
conduite par CSA Research se penche sur cette question.

Pour la première fois depuis plusieurs années, la croissance en valeur des produits bio en restauration collective est plus forte que le marché des produits bio en général en France (+28 % vs +15 %)1 . Aucun doute possible, la dynamique est enclenchée ! Une tendance renforcée par la forte augmentation du nombre de restaurants collectifs ayant introduit des produits bio (65 %), particulièrement dans la restauration scolaire (86%). Plus encore, les établissements de la restauration collective veillent tout particulièrement à utiliser des produits bio de proximité (72 %), un engagement en faveur des circuits courts et de relations privilégiées avec les producteurs.

En restauration commerciale, les établissements proposent une offre de plus en plus complète avec des plats, voire des menus, uniquement composés de produits bio ! Un engouement doublé d’un réel attachement au « made in » France (80 % des produits bio achetés sont d’origine française).

Si ces évolutions constatées sont particulièrement encourageantes, des freins perdurent cependant : les surcoûts engendrés par l’introduction de produits bio et les difficultés à identifier des fournisseurs apparaissent en tête des préoccupations des professionnels.

Filières courtes, transparence, réduction du gaspillage alimentaire… l’Agence BIO et l’ensemble des acteurs de l’agriculture biologique et de la restauration collective se mobilisent au quotidien pour relever ces défis majeurs. Ainsi, l’Agence BIO s’apprête à signer deux nouvelles conventions cadres : l’une avec le réseau Restau’Co, qui regroupe les collectivités en régie directe, et l’autre avec le Syndicat National de la Restauration Collective (SNRC) qui rassemble les entreprises du secteur.

Pour la deuxième année consécutive, l'Agence Bio a participé au Salon des Maires et des Collectivités Locales. A la veille des élections municipales de 2020, nul doute qu’une alimentation saine et de qualité dans la restauration collective figurera au nombre des préoccupations des Français.
En effet, les Français plébiscitent le bio et veulent pouvoir en disposer partout, que ce soit pour consommer chez eux ou hors domicile. Ces attentes sont particulièrement fortes pour la restauration scolaire à 85 %, à 76 % dans les hôpitaux et à 74 % dans les maisons de retraite2 . Partenaire impliqué, nous accompagnerons et soutiendrons élus et techniciens qui souhaitent s’engager dans cette voie.

Philippe Henry, Président de l’Agence BIO
Florent Guhl, Directeur de l’Agence BIO

1 Evaluation du marché alimentaire des produits bio en 2018. Agence BIO/ AND International
2 Baromètre de perception et consommation du bio. Agence BIO/ Spirit Insight janvier 2019.