► Retour à la home
Annuaire Vert
Dossier produit
Cholestérol
Equilibrer son taux de cholestérol naturellement

Equilibrer son taux de cholestérol naturellement

Contrairement à ce que l’on a longtemps cru, ce ne sont pas les aliments comme les œufs, le fromage ou la charcuterie, même consommés en quantité raisonnable, qui sont responsables d’un taux de cholestérol trop élevé.
Il faut davantage incriminer un dysfonctionnement de l’organisme qui en produit trop et surtout qui le gère, et l’élimine, mal.
Un taux de cholestérol trop élevé est un facteur prédisposant aux maladies cardiovasculaires. Il doit donc être ramené à l’équilibre.
Les solutions naturelles pour y parvenir.


Cholestérol : du bon et du moins bon

Dans l’organisme, c’est le foie qui est à l’origine de la production du cholestérol qu’il fabrique à partir des graisses issues de l’alimentation.
Ce cholestérol est ensuite, entre autres, utilisé pour fabriquer la vitamine D, des hormones (notamment sexuelles) et c’est aussi un des composants majeurs des membranes cellulaires (90% du cholestérol du corps se trouve d’ailleurs dans les parois des cellules).

Dans le sang, le cholestérol est pris en charge par des transporteurs nommés lipoprotéines :

-    Les LDL (à basse densité) l’amènent vers les cellules. Mais, ce faisant, il peut s’y déposer et créer des amas, lesquels risquent, en grande quantité, de boucher les artères et d’entraver la bonne circulation du sang. Ce LDL est pointé du doigt comme étant mauvais, mais il est pourtant utile.
-    Les HDL (à haute densité) le prennent en charge à partir des cellules et le ramènent vers le foie, grande centrale de détoxification de l’organisme, pour être éliminé. Ces HDL contribuent donc à nettoyer les artères.


Pourquoi le taux de cholestérol sanguin est-il un des paramètres les plus surveillés ?

Parce qu’il  renseigne sur la santé cardiaque.

Le taux idéal, situé entre 1,8 et 2 g / litre, protège contre un risque cardiovasculaire.

Les valeurs respectives du LDL et du HDL sont aussi à prendre en compte : 1,6 g/ L au maximum pour le LDL et au moins 0,35 g / L pour le HDL.
Lorsque le taux de cholestérol est jugé trop élevé et présente surtout une valeur de « mauvais cholestérol » (LDL) trop importante, la principale réponse de la médecine allopathique consiste à prescrire des statines. Mais ces molécules chimiques ne sont pas dénuées d’inconvénients et certaines d’entre elles ont même été récemment retirées du marché suite à des problèmes de santé qu’elles avaient engendrés.

Mais il est tout à fait possible de préserver son système cardio-vasculaire, et d’équilibrer son taux de cholestérol tout naturellement.
En pratique, voici comment procéder.


Drainer le foie

Le foie est donc chargé d’éliminer le cholestérol excédentaire, et, pour ce faire, il utilise comme support la bile qu’il produit et stocke dans la vésicule biliaire.
Toute faiblesse ou surcharge du foie aura donc des répercussions sur le métabolisme du cholestérol.
Et comme cet organe d’élimination est très sollicité (par une consommation excessive de graisses saturées, d’alcool, par la prise de médicaments…), il est souvent dépassé par la charge de travail à accomplir.

Il convient donc de le soutenir :

-    en le drainant avec des plantes bio : radis noir, artichaut, chardon marie, gentiane, romarin…
-    en consommant des aliments amers (endives, pissenlit, chicorée, pamplemousse, choux de Bruxelles, amandes amères…) bio qui favorisent la sécrétion de la salive et des sucs digestifs. En effet, l’amertume augmente la sécrétion de bile par le foie et son excrétion par la vésicule, favorisant ainsi la digestion des graisses.
-    En consommant des épices comme, par exemple, le curcuma qui est hépatoprotecteur.


Choisir les bonnes graisses

Quand le taux de LDL est trop élevé, mieux vaut réduire sa consommation de graisses saturées : beurre, crème, charcuterie, viandes grasses, fromages…
Et leur préférer les huiles riches en acides gras insaturés, dans tous les cas vierges et de première pression à froid : colza, olive, noix…

L’huile d’olive bio est un des meilleurs aliments anti-cholestérol qui soit et un des plus connus, grâce à ses acides gras monoinsaturés (acide oléique de la famille des Oméga 9).
On évoque aussi depuis quelques temps de plus en plus l’huile de coco : elle contient à plus de 50% de l’acide laurique, lequel participerait à la prévention des maladies cardiovasculaires en augmentant le HDL.

L’avocat et son huile, pour leur richesse en phytostérols sont aussi vivement recommandés, tous comme tous les oléagineux, eux aussi riches en bonnes graisses.
Enfin, les poissons gras riches en Oméga 3 (maquereau, sardine, hareng, saumon…) doivent aussi être privilégiés et figurer au menu au moins deux fois par semaine.


Miser sur les fruits et légumes

Leurs fibres solubles piègent le cholestérol et permettent son élimination naturelle via l’intestin.
Du côté des fruits, la pectine de pomme est particulièrement intéressante, mais les agrumes et la grenade auront aussi cet effet bénéfique.
Pour les légumes, ceux à privilégier sont les haricots, les aubergines, les courgettes… Mais aussi le brocoli : riche en fibres, il contient en plus des composés soufrés très protecteurs.

Par ailleurs, les fruits et légumes sont riches en polyphénols antioxydants, lesquels sont également recommandés car ils protègent les parois des vaisseaux sanguins contre les attaques des radicaux libres.

Les polyphénols les plus intéressants se trouvent dans les tomates (lycopène), les carottes, les mangues, le pamplemousse (caroténoïdes), les épinards (flavonoïdes)…
Consommer au moins 5 fruits et légumes différents par jour trouve donc plus que jamais son sens pour rester en bonne santé. A condition bien évidemment de les choisir en version bio et de les consommer à la bonne saison.

Comme alliés naturels anti-cholestérol à mettre au menu, citons aussi :

-    Les aromates : oignon, ail, ciboulette, gingembre, fenugrec, basilic (en feuilles ou en infusion)
o    L’ail et l’oignon sont riches en composés soufrés qui fluidifient le sang. Ils doivent de préférence être consommés crus pour agir de façon optimale.
-    Les amandes (riches en phytostérols), l’avoine (elle contient du béta-glucane, substance lipotrope qui piège le cholestérol).
-    Le shiitaké, champignon noir asiatique très parfumé contient un principe actif, l’éritadénine, aux propriétés hypolipidémiantes. Mettre ce champignon au menu, cuisiné au wok ou dans des bouillons ou soupes est donc recommandé pour l’équilibre lipidique.
Il existe aussi des compléments alimentaires à base de shiitaké :
Certains thés comme le hao ling sont conseillés contre l’hypercholestérolémie


S’appuyer sur des alliés naturels

En complément d’une alimentation adéquate, il existe des compléments alimentaires qui peuvent aider à équilibrer le taux de cholestérol :
-    L’aloe vera sous forme de gel possède des vertus détoxinantes et favorise l’élimination du cholestérol.
-    Les huiles de poissons gras (saumon, sardine, anchois…) sous forme de capsules à avaler contribuent au bon fonctionnement du système cardiovasculaire.
-    Le shii-ta-ké en comprimés, gélules, ampoules buvables…
-    La levure de riz rouge en gélules : ce champignon microscopique cultivé du riz contient un principe actif, la monacoline, qui inhibe la synthèse du cholestérol.
-    Les complexes de plantes dépuratives et / ou protectrices du foie (radis noir, artichaut, gentiane, romarin…) : en comprimés, gélules, ampoules buvables…


Les huiles essentielles anti cholestérol

L’aromathérapie peut elle aussi apporter une réponse efficace en cas d’excès de mauvais cholestérol.
Ainsi, les huiles essentielles de romarin à verbénone, d’hélichryse italienne, de carotte, de citron, de livèche et de céleri sont lipolytiques et nettoient le sang de ses mauvaises graisses. De plus, elles sont d’un précieux soutien pour le foie et renforcent les parois vasculaires.
Comment les utiliser ?
En synergie (citron + hélichryse + carotte par exemple) : 1 goutte de chaque huile essentielle diluée dans 1 cuillère à café d’huile végétale (sésame, noyaux d’abricot ou lin), 2 à 3 fois par jour.



Aujourd’hui, il convient davantage de s’attacher à préserver le bon fonctionnement du système cardio-vasculaire dans son ensemble que de s’en tenir uniquement au taux de cholestérol.
La santé cardiaque sera assurée par une alimentation variée, équilibrée, riche en végétaux, en protéines animales maigres (volailles, poissons), protéines végétales (céréales complètes, légumineuses, oléagineux), épices et aromates…
Sans oublier une activité physique régulière pour la santé du cœur.

 

Pour aller plus loin …


Ce site Internet est votre espace. Faites-le vivre !

Laissez vos commentaires, complément d’information et retours d’expériences ci-dessous.