► Retour à la home
Annuaire Vert
Dossier produit
Senior
Faire preuve de souplesse avec ses articulations en automne et en hiver

Faire preuve de souplesse avec ses articulations en automne et en hiver

Faire preuve de souplesse avec ses articulations en automne et en hiver
Si les problèmes articulaires sont plutôt le lot des seniors et des personnes ayant largement sollicité leurs articulations par la pratique intensive de certaines disciplines sportives, ces troubles ont tendance à davantage se manifester en fin d’année, du fait des conditions climatiques peu favorables.
Nous allons voir quelles sont les solutions naturelles pour retrouver souplesse, mobilité et confort au niveau articulaire.

 

Bien articuler

Le corps humain comporte 206 os.
Une articulation assure la jonction entre deux os, d’abord pour les relier, mais aussi pour leur conférer de la mobilité l’un par rapport à l’autre. L’amplitude du mouvement permis va dépendre de la forme des os et du type d’articulation : fixe (comme au niveau du crâne), semi-mobile (entre les vertèbres) ou très mobile (genou, épaule…).
On dénombre ainsi près de 400 articulations dans l’anatomie humaine.
Dans une articulation mobile, l’extrémité de l’os est recouverte de cartilage et baigne dans un liquide huileux au rôle de lubrifiant, la synovie, laquelle favorise le mouvement tout en limitant l’usure des cartilages.


Un froid pénétrant

Les personnes aux articulations fragiles perçoivent souvent les changements de temps avant même qu’ils ne surviennent, prédisant ainsi la météo. Les articulations sont en effet très sensibles au froid, lequel entraîne une vasoconstriction (diminution du diamètre) des vaisseaux sanguins d’où un moindre apport de sang aux organes causant souffrance tissulaire et douleurs. S’y ajoute une baisse de la température corporelle sur les zones dénudées, fort inconfortable.
Comme pour l’ensemble des organes, le froid constitue donc une agression majeure pour les articulations.
L’humidité et le vent vont encore accentuer l’agression et sensibiliser davantage les articulations déjà fragiles.


Bien au chaud

La chaleur sera donc bienvenue pour le confort des articulations :

  • Il convient tout d’abord de bien se couvrir, en superposant de préférence plusieurs fines couches qu’en optant pour un seul gros pull. Il est ainsi facile d’en retirer une ou deux épaisseurs si besoin.
  • La bouillotte est aussi un moyen facile de réchauffer une articulation par apposition directe.
  • Un bain chaud bénéficiera à l’ensemble de l’organisme tout en procurant détente et réconfort.


La trousse verte

On recense 2 grandes pathologies touchant les articulations :

  • On nomme arthrose l’usure mécanique des articulations qui se manifeste par une érosion des cartilages articulaires et surfaces de glissement qui permettent la mobilité. Elle est principalement liée au vieillissement mais peut être accentuée par des fractures, luxations, entorses, blocages articulaires vertébraux... De plus le surpoids, l'atrophie musculaire liée à la sédentarité, la fatigue, la tension musculaire due aux mauvaises positions assise ou de travail, le froid, l'humidité, les courants d'air... viennent encore l’accentuer.
  • L’arthrite ou arthrite rhumatoïde est quand à elle inflammatoire : elle entraîne une inflammation chronique de la membrane entourant les articulations (membrane synoviale). Il s’agit d’une maladie auto-immune : le système immunitaire de la personne elle-même s’attaque aux tissus des articulations. Elle se localise principalement au niveau des mains, des poignets et des pieds, lesquels deviennent difformes.

L’arthrose est fréquente chez les seniors, mais l’arthrite survient chez des individus plus jeunes.
Voici différentes solutions naturelles pour soulager les articulations touchées par l’une ou l’autre de ces maladies.


Herbier apaisant

Comme toujours, les plantes apportent une réponse efficace aux troubles les plus fréquents. Vous pourrez les conseiller sous forme de comprimés, gélules, ampoules buvables, infusions, décoctions à faire soi-même…

  • Harpagophytum : un grand classique, absolument incontournable ! Aussi nommé « griffe du diable » pour la forme croche de sa graine, il présente une forme activité anti-inflammatoire grâce aux harpagosides présents dans ses racines secondaires.
  • Cassis : les feuilles de cette délicieuse baie noire exercent une action proche de celle de la cortisone (« cortisone-like ») d’où un effet apaisant sur les douleurs articulaires.
  • Prêle : elle s’avère très reminéralisante grâce à sa richesse naturelle en silice
  • Reine des prés : riche en salicylates naturels, on la qualifie d’aspirine végétale.
  • Aubier de tilleul : grand draineur des acides de l’organisme, il est traditionnellement conseillé pour la détox de printemps, mais aussi pour soulager les douleurs articulaires.
  • Bambou : lui aussi riche en silice qui donne de la rigidité à ses tiges, il est très reminéralisant.
  • Curcuma : dépuratif, c’est aussi un antioxydant puissant qui apaise l’inflammation.


Par ailleurs, comme remède de grand-mère passé en désuétude, citons les feuilles de chou vert en cataplasme sur les parties inflammées et douloureuses. Baptisé médecin du pauvre, il est très efficace, à moindre coût.


Solutions aromatiques

Les huiles essentielles s’avèrent également précieuses ici, en massage ou dans l’eau du bain (préalablement diluées dans un support huileux ou un bain moussant) :

  • Eucalyptus citronné : anti-inflammatoire puissante, antalgique
  • Gaulthérie : antalgique, antirhumatismale
  • Immortelle (aussi nommée hélichryse) : anti-inflammatoire
  • Laurier noble : antalgique
  • Thym saturoïde : antibactérienne majeure, tonique générale
  • Ylang-ylang : sédative, relaxante 


Du côté de la mer :

  • Le lithothamne est une algue rouge qui absorbe et concentre le calcium d’origine marine jusqu’à devenir dur comme un os (une coupe transversale du lithothamne présente d’ailleurs une analogie très fidèle avec la structure d’un os). Sous forme de complément alimentaire, il s’agit donc d’une excellente source naturelle de calcium, indispensable à la santé de l’os.
  • La chondroïtine et la glucosamine sont d’autres substances d’origine marine : issue le plus souvent du cartilage de requin pour la chondroïtine et de la carapace de crustacés pour la glucosamine. Ces 2 substances sont des constituants naturels des cartilages mais leur synthèse dans l’organisme diminue avec l’âge, d’où des troubles au niveau des cartilages.
  • Les acides gras Omega 3 participent en grande partie à la régulation des processus inflammatoires. Une supplémentation en Omega 3 aide à soulager les symptômes douloureux. De plus, ils contribuent à lutter contre les méfaits du stress, facteur important d’acidification de l’organisme. Si on les trouve dans les noix et l’huile de noix, les poissons gras (saumon, hareng, maquereau, sardine, anchois) en sont aussi de très bonnes sources.

 

En parallèle, vous pouvez conseiller à vos clients aux articulations fragiles de se rendre une à deux fois par semaine au sauna : la chaleur sèche leur sera très agréable et apaisante, et favorisera en prime l’élimination des acides en excès responsables des douleurs articulaires quand ils se déposent au niveau des articulations.
Rappelez-leur aussi, si besoin, les bienfaits d’une activité physique régulière pour la santé osseuse : le mouvement entretient en effet la mobilité des articulations en les huilant et les tractions exercées sur les os favorisent la fixation du calcium et augmentent la densité osseuse.
Il convient aussi de les sensibiliser à l’importance d’atteindre l’équilibre acido-basique car en cas d’excès d’acides dans l’organisme (une véritable agression), ce dernier va donner ses propres minéraux pour les neutraliser et les prélever sur ses os, ses dents, ses cheveux…

  • Les aliments alcalinisants sont donc à privilégier : légumes verts, avocats, pommes de terre, bananes, châtaignes, quinoa, gingembre, graines de courge...
  • Les aliments acidifiants doivent être limités car ils produisent des acides : viandes, poissons, produits laitiers, céréales et produits dérivés…


Du fait d’une alimentation globalement acidifiante et du stress favorisant la production d’acides, une part croissante de la population se plaint de douleurs articulaires, et ce, désormais bien avant d’atteindre l’âge de 60 ans. Votre conseil doit donc porter tant sur les choix alimentaires que sur la gestion du stress. Enfin, vous pouvez aussi recommander à vos clients de consulter un ostéopathe une à deux fois par an, ne serait-ce que pour un bilan complet.

 

 


Ce site Internet est votre espace. Faites-le vivre !


Laissez vos commentaires, complément d'information et retours d'expériences ci-dessous.