► Retour à la home
Annuaire Vert
Dossier produit
Nouveau-né et Nourrisson
Bébé passe au vert

Bébé passe au vert

Quand Bébé arrive, on souhaite faire au mieux pour son bien-être et sa santé : en optant pour l’allaitement maternel quand cela est possible, et en achetant des aliments et des cosmétiques certifiés bio pour le préserver des pesticides et autres substances chimiques si néfastes pour son organisme encore immature, donc inapte à se défendre efficacement.  
Se pose aussi la question des couches, lesquelles font partie de ces indispensables que les jeunes parents doivent acquérir en grandes quantités les 2 à 3 premières années de la vie de leurs enfants. Et celle des lingettes, certes bien pratiques mais peu respectueuses de l’environnement, à moins d’être choisies en version bio évidemment.
Jetable versus lavable ? Lingettes ou pas lingettes ?
Quels choix faire sans se compliquer la vie ?

 

Gagner au change

Au-delà de leur coût (1200 à 2000 € pour les couches jetables jusqu’à l’acquisition de la propreté par l’enfant), les couches jetables posent un problème de taille pour la planète à cause de leurs composition et mode de fabrication, mais aussi de leur utilisation massive.
On estime en effet qu’un milliard d’arbres seraient abattus chaque année pour les produire et répondre à la demande mondiale. S’y ajoutent une grande consommation de plastique et d’eau. Par ailleurs, il faut compter en moyenne 300 ans pour les voir se décomposer…

C’est pourquoi on trouve désormais des couches lavables, bien plus green.
Un retour en arrière, une régression au détriment des mères penseront certains…
Qu’en est-il vraiment ? Ces couches lavables tiennent-elles leurs promesses ?
Tout d’abord, il faut compter 400 à 800 € d’investissement pour s’équiper en couches lavables (une vingtaine idéalement pour se constituer un stock suffisant et tenir sur plusieurs jours). Si elles peuvent sembler plus coûteuses à l’achat que les jetables, au final, elles reviennent environ 3 fois moins cher que ces dernières.
Réutilisables pour un même enfant, elles peuvent aussi ensuite servir pour les autres bébés de la famille, ou être passées à des amis.

Certes, le coton qui les compose est une culture exigeante en eau. Mais, en version bio, on évite la pollution engendrée par la culture conventionnelle (25% des pesticides utilisés  …).
Ces couches exigent moins d’eau que les jetables lors de leur production, mais étant par définition lavables, elles requièrent plus d’utilisation de la machine à laver le linge.
Sur une base de 5 changes par jour, on compte 1800 couches jetables qui finissent à la poubelle, représentant près de 300 kg de déchets… Cette quantité colossale est ainsi évitée avec le lavable.
De plus, pour aller jusqu’au bout de la démarche écologique, les lavables contiennent le plus souvent des matières premières naturelles renouvelables et /ou réputées anti-allergiques (coton bio, chanvre, bambou…), un film imperméable biodégradable et un emballage compostable.
Bébé est ainsi préservé des allergies, érythèmes fessiers et irritations causés par les composés issus de la pétrochimie que l’on trouve dans les couches jetables.
Selon la matière choisie, le confort sera plus ou moins élevé pour l’enfant, et le temps de séchage variable.
Dans tous les cas, pour réunir toutes les garanties sanitaires et écologiques, il convient d’opter pour des produits certifiés bio ou porteurs du label allemand Oko-Test assurant l’absence de toxicité et le respect de l'environnement.

Il existe 3 modèles de couches lavables :

  • Tout en un avec une poche : elles se présentent comme une culotte imperméable doublée de tissu et dans laquelle on place des inserts (tissus destinés à absorber les matières), comme une poche « kangourou ». Elles s’enfilent facilement et sèchent généralement vite après lavage.
  • Intégrales : elles se rapprochent davantage des couches jetables classiques et sont sans poche puisque l’ensemble est cousu. Ce sont les plus pratiques à utiliser, mais elles mettent plus de temps à sécher.
  • Tout en deux : il s’agit ici d’une culotte dans laquelle on boutonne par pression une couche lavable classique. Ce modèle est pratique et offre une bonne efficacité.


On recense des couches lavables en taille unique, convenant à des bébés de 4 à 15 kg, ou multitaille à adapter au fur et à mesure que Bébé grandit. Le coût des secondes sera certes plus élevé, mais plus elles seront plus ajustées aux mensurations de l’enfant

Il est désormais facile de trouver un grand choix de couches dans des tissus très gais et colorés, tout en combinant facilité et praticité d’entretien, hygiène et confort pour les bébés.

Et pour l’entretien ?
On conseille de mettre les couches lavables à tremper quelques heures et de les laver plusieurs fois avant la première utilisation, ceci pour optimiser leur pouvoir d’absorption. Elles passent en machine dès 40°C, sans adoucissant ni autre produit qu’une lessive écologique. Il est toutefois possible d’ajouter au produit lavant 1 ou 2 gouttes d’huile essentielle de lavande ou d’orange douce bio pour les parfumer un peu.

C’est du propre !
Les couches lavables peuvent contribuer à un apprentissage plus rapide de la propreté : étant moins efficaces que les conventionnelles pour absorber les liquides, la sensation d’humidité désagréable perçue par l’enfant peut l’inciter à devenir propre plus tôt pour se passer de ces couches.

 


Nécessaire de toilette

A côté des couches, se pose aussi la question de l’équipement pour le change des tout petits. Et pour cela, les fabricants jouent la carte des lingettes, extrêmement prisées par certains parents car elles facilitent grandement la toilette de Bébé, notamment en déplacement.
Mais, comme les couches, à moins d’être écologiques, elles sont à considérer comme une source très importante de déchets.
Sans compter qu’elles contiennent en version conventionnelle des molécules allergisantes, antibactériennes, antioxydantes, toxiques, voire des perturbateurs endocriniens. Sachant que ces lingettes sont utilisées plusieurs fois par jour, en contact direct avec la peau, et sans rinçage… on ne peut que s’alarmer.
Encore une fois, le choix du bio se fait donc sans hésitation !

Comme alternative respectueuse de la planète, mais aussi très pratique, précisons qu’il existe des carrés en tissus pour le change et de petits gants adaptés à la morphologie des enfants. Le tout lavable, donc réutilisable un grand nombre de fois. Qui plus est, ces accessoires sont souvent proposés dans des matières écologiques (coton bio, eucalyptus, bambou, chanvre…). Il suffit de les passer en machine après utilisation, avec le reste du linge, pour pouvoir s’en resservir. L’idée est de ne pas se compliquer la vie, de ne pas changer ses habitudes car les jeunes parents ont déjà suffisamment à faire ! Certaines marques les proposent dans une boîte de rangement avec un filet de lavage très pratique pour les passer en machine en les isolant du reste du linge.

Les bonnes habitudes se prennent dès le plus jeune âge, dans tous les domaines. Les fabricants et les parents ont la responsabilité de préserver les plus jeunes et la planète, tout comme vous par votre conseil en magasin en orientant vos clients dans leurs achats.

 

 


Ce site Internet est votre espace. Faites-le vivre !

Laissez vos commentaires, complément d’information et retours d’expériences ci-dessous.