► Retour à la home
Annuaire Vert
Dossier produit
Fruits
Le melon bio, l’allié minceur et santé de l’été

Le melon bio, l’allié minceur et santé de l’été


Présent sur les étals de juin à septembre, le melon fait partie des fruits stars de l’été car il très rafraîchissant et agréablement sucré.
Il est aussi intéressant pour la santé grâce à ses propriétés reminéralisantes, diurétiques, laxatives légères …, mais aussi pour la beauté de la peau. Chapeau, le melon !


Les atouts du melon bio

Aliment plaisir, le melon bio est aussi intéressant à plus d’un titre pour la santé, la silhouette et la beauté de la peau.
-    Le melon est pauvre en calories et bon pour la ligne : composé à 90% d’eau en moyenne, il apporte environ 45 kcal pour 100 g. Ses calories proviennent très majoritairement des glucides (on compte de 6 à 14% de sucres / 100 g), les protides et les lipides étant présents à l’état de traces.
-    Le melon est très riche en potassium (330 mg / 100 g) qui lui confère des vertus diurétiques, et peut aussi contribuer à abaisser la tension artérielle (en rétablissant un bon équilibre sodium / potassium) et à soulager les douleurs liées à la goutte et aux rhumatismes.
-    Le melon est reminéralisant : grâce au potassium, mais aussi au calcium, au magnésium, au zinc, au cuivre, au manganèse, mais présents en plus faibles proportions.
-    Le melon est antioxydant : il contient des quantités  intéressantes de 2 des 3 vitamines antioxydantes à savoir la vitamine C et la vitamine A sous forme de bétacarotène (auquel il doit sa couleur orangé).
-    Le melon est intéressant pour préparer la peau au bronzage et pour un effet bonne mine très naturel, grâce à ses caroténoïdes.
-    Le melon est bien pourvu en fibres (hémicelluloses et pectines) qui jouent le rôle de laxatifs doux.
-    Son parfum est très relaxant : le laisser mûrir dans une pièce est donc très agréable et apaisant.


Bien choisir le melon bio

Pour aider vos clients à choisir un bon melon bio, voici quelques conseils à leur donner :
-    Le sentir : le parfum est en effet un critère qui ne trompe pas.
-    Le soupeser et le tâter : il doit être bien lourd, avec une consistance encore ferme. La partie inférieure ne doit surtout pas être molle.
-    Observer son pédoncule : si celui-ci se détache de lui-même ou s’il est déjà décollé, le melon a déjà atteint une bonne maturité. C’est encore mieux si un peu de sève perle au niveau de ce pédoncule, renseignant sur sa concentration en sucre.
-    Ne pas hésiter à le choisir avec une peau craquelée : il est alors tellement gorgé de sucre qu’il éclate. Comme il est souvent délaissé par les consommateurs, vous pouvez mettre ce melon « moche » en avant par votre conseil, le placer à part et éventuellement le proposer à un prix inférieur.
Enfin, il faut savoir qu’un melon cueilli trop tôt ne murira plus, ne sera jamais sucré ni savoureux.

Le saviez-vous ?
Le melon est assez peu exigeant à cultiver, il a juste besoin de soleil et de chaleur. Pour les botanistes, c’en fait un légume et il appartient à la famille des cucurbitacées (concombre,  courgette, citrouille).


Conseils pour bien déguster le melon bio

Le melon bio doit rester à température ambiante ou encore dans une cave s’il fait plus de 25°C, et ne pas être placé au réfrigérateur car le froid atténue très nettement son parfum et son goût.
Pour l’apprécier pleinement, le melon bio doit être consommé cru, en cubes, en billes (à former avec une cuillère parisienne), ou en tranche à manger à la petite cuillère.
Certaines personnes l’aiment avec du porto ou encore du jambon fumé, mais cette association ne convient pas en cas de sensibilité au niveau intestinal.
Il est aussi possible d’en faire de la gelée ou de la confiture aux épices avec des étoiles de badiane, des clous de girofle, du jus de citron et éventuellement quelques morceaux de gingembre confit à ajouter à la fin de la cuisson et avant la mise en pot. Ou encore des sorbets maison ou des granités très rafraîchissants, dans lesquels il n’est pas nécessaire d’ajouter du sucre.


Bon à savoir

Le melon peut s’avérer être difficile à digérer quand l’intestin est irritable.
Les naturopathes conseillent de le consommer (comme tous les fruits frais d’ailleurs) à distance des repas, idéalement vers 17h / 18h ou éventuellement vers 11h. En effet, le melon étant digéré plus vite que les autres aliments (en 15 à 30 minutes), il entrave leur bonne digestion et provoque des fermentations à l’origine d’inconfort digestif et de ballonnements.
Le melon doit aussi de préférence être consommé seul et non avec d’autres fruits.
Servi froid, il peut encore davantage compliquer la digestion. Il convient enfin de ne pas le consommer tout en buvant de grandes quantités de boisson afin de ne pas diluer les enzymes digestives.

 

Pour aller plus loin …


Ce site Internet est votre espace. Faites-le vivre !

Laissez vos commentaires, complément d’information et retours d’expériences ci-dessous.