► Retour à la home
Annuaire Vert
Dossier produit
Crèmes solaires
Les crèmes solaires bio : pour protéger sa peau et l’environnement

Les crèmes solaires bio : pour protéger sa peau et l’environnement

Aujourd’hui plus que jamais, il est impossible de s’exposer au soleil sans protéger sa peau.
S’il est si plaisant de profiter de ses chauds rayons dès les premiers beaux jours, ses effets délétères sur la peau sont aussi largement avérés.

Une crème solaire s’impose donc et doit faire partie des indispensables de la valise des vacances.
Mais laquelle choisir pour être sûr de protéger efficacement sa peau sans risques d’allergie et sans nuire à l’environnement et à l’écosystème marin ?

Faisons le point sur l’offre solaire bio.


Une protection indispensable


•    Pour la santé de la peau

Protégée une grande partie de l’année par les vêtements, la peau peut être fragilisée dès la première exposition au soleil.

Pas question de prendre à la légère les coups de soleil : ces agressions de la peau plus ou moins sévères, assimilables à des brûlures, peuvent provoquer, des années plus tard, un mélanome (cancer de la peau), et ce, d’autant plus qu’ils ont été pris jeune.

Pour s’en prémunir, il existe désormais une large gamme de produits solaires. Mais tous ne se valent, et, comme toujours, le bio présente de multiples atouts.
En effet, les solaires certifiés bio contiennent le plus souvent :
-    des filtres minéraux : oxyde de zinc (ou zinc oxide dans la liste INCI des ingrédients) ou dioxyde de titane (titanium dioxide dans la liste INCI)
-    Des filtres végétaux comme par exemple l’huile de karanja dont le pongamol absorbe les UV A et B.
-    des huiles végétales protectrices et nourrissantes : olive, carthame, abricot, macadamia, inca inchi, argan, buriti, tournesol, tamanu…
-    des huiles essentielles protectrices, antioxydantes et procurant en prime au soin solaire d’agréables senteurs : citron, bois de cèdre, lavande, romarin, thym, menthe…
-    de la glycérine : émolliente, hydratante
-    de l’aloe vera : hydratant, rafraîchissant et cicatrisant
-    de la vitamine E : antioxydante et protectrice.

Contrairement à certains solaires conventionnels, les solaires bio sont dépourvus d’OGM, parabènes, huile minérale (paraffine), silicone, nanoparticules (des particules de très petite taille qui pourraient traverser la barrière cutanée et passer dans le sang), PEG (PolyEthylene Glycol, utilisés comme humectants, émulsifiants…) perturbateurs endocriniens, allergènes…
Ils sont certifiés par Ecocert, Cosmébio, BDIH… et ne sont pas testés sur les animaux.


•    Pour l’environnement

Au-delà de la protection de la peau, un autre critère de taille à prendre en considération est la protection de l’environnement, surtout quand on sait que plus de 20 000 tonnes de solaires sont utilisées chaque année.

En effet, les filtres chimiques utilisés dans les soins solaires conventionnels polluent l’eau et la flore marine : non biodégradables, ils entraînent le blanchiment puis la mort du corail. Certains filtres destinés à protéger contre les UV vont en plus activer des virus qui vont détruire les micro-algues marines.

Les solaires bio qui contiennent des filtres d’origine minérale ne présentent pas ces risques : on peut dire qu’ils ne sont pas éco-toxiques.

Par ailleurs, leurs emballages sont recyclables et certains sont même proposés sans packaging pour réduire la quantité de déchets.


Bien choisir son solaire bio



L’indice de protection solaire est à choisir en fonction :

-    de la couleur de la carnation (de claire à foncée)
-    de l’âge (la peau des jeunes enfants et des adolescents est la plus fragile)
-    du degré d’ensoleillement : plus ou moins important en fonction de l’heure d’exposition, de la situation en bord de mer ou en altitude…

Dans tous les cas, mieux vaut éviter les protections dont l’indice est inférieure à 25.
Il faut par ailleurs savoir qu’aucun produit solaire ne filtre à 100% les rayons UV. Un solaire avec un indice 50 n’assure donc pas une protection totale et son application, comme celle de tout solaire, doit donc être renouvelée plusieurs fois par  jour et après une baignade.

Il convient aussi de choisir son solaire selon sa texture et la zone à protéger :
-    les soins les plus fluides et les sprays sont pratiques pour les zones les plus étendues (jambes, torse, dos)
-    la crème convient bien pour le visage
-    le stick est conçu pour les lèvres. Il en existe aussi des plus larges, qui conviennent pour le visage comme pour les lèvres et les zones les plus sensibles. Ces formats sont notamment conçus pour une utilisation nomade.
-    les produits waterproof sont bienvenus pour les bains en et en piscine, et pour résister à la transpiration. Leur application devra cependant être renouvelée après chaque baignade.
-    Les après-soleil, comme leur nom l’indique, s’appliquent après l’exposition au soleil, pour apaiser la peau échauffée par le soleil et l’hydrater. Ils sont trè agréables à utiliser en fin de journée, après une douche.


Les idées fausses sur les solaires bio


Les premiers soins solaires bio proposés sur le marché ne tenaient pas tous leurs promesses.
Depuis, des progrès notoires ont été réalisés et ces soins peuvent désormais être choisis en toute confiance.

Les nouveaux solaires bio… :

-    ne laissent plus de traces blanches sur la peau. Ils sont en effet teintés avec des pigments bio.
-    Sont aussi efficaces que leurs alternatives conventionnelles.
-    Ne sont pas plus gras : il en existe des formules très fluides, très faciles à appliquer et à faire pénétrer dans la peau. Les sprays solaires bio sont particulièrement pratiques.
-    Existent dans des indices de protection élevés, jusqu’à 50.
-    Résistent à l’eau.
-    N’assèchent pas la peau, mais au contraire exercent une action hydratante.
-    Protègent contre les agressions de l’eau salée, du chlore de la piscine, du vent.
-    Sont disponibles aussi pour les enfants, avec des formules « junior » adaptées à leur peau fragile.
-    Possèdent des senteurs agréables : vanille, coco…


Rappelons quelques règles de base pour bronzer en toute sérénité :
-    ne pas réutiliser un produit qui a déjà servi l’été précédent car il ne sera plus protecteur, et, à force d’être exposé au soleil, la stabilité et l’efficacité de leurs actifs ne sont plus assurées. Par ailleurs, du sable de la plage a pu en plus rentrer dans le contenant.
-    Ne pas oublier de protéger des zones particulièrement sensibles et exposées : nez, oreilles, pieds, haut du dos, épaules, décolleté, mollets où les coups de soleil sont les plus fréquents.
-    Protéger impérativement les enfants et choisir pour eux au minimum un indice 30. Compléter la protection par un chapeau, un T-shirt et des lunettes de soleil.
-    Ne pas s’exposer aux heures où l’ensoleillement est le plus fort, entre 12h et 16h.
-    Boire de l’eau tout au long de la journée pour prévenir la déshydratation.



En peu de temps, les solaires se sont imposés comme des produits absolument indispensables. Il est d’autant plus important de les choisir avec soin en regardant de près la liste de leurs composants.
Comme dans tous les autres domaines, alimentaire, cosmétique comme ménager, le bio apporte toujours la preuve de sa supériorité car il préserve la santé comme la nature.

Autres articles qui peuvent vous intéresser