► Retour à la home
Annuaire Vert
Dossier produit
Huiles essentielles
Les huiles essentielles, nos alliées en hiver

Les huiles essentielles, nos alliées en hiver

 

Fruit d’une évolution vieille de centaines de millions d’années (les premiers végétaux datent d’il y a 470 millions d’années et la plus ancienne plante à fleurs connue vivait il y a 130 millions d'années), la nature est un « système » parfaitement organisé et équilibré (…tant que l’homme ne vient pas le déséquilibrer voire le détruire). Si les huiles essentielles (HE) sont un outil extraordinaire pour défendre et stimuler notre organisme, c’est que, dans leur longue évolution, les plantes les ont « inventées » pour se défendre contre leurs agresseurs, des insectes aux herbivores en passant par les champignons, les virus et les bactéries, cas dans lequel ces HE agissent comme de véritables antibiotiques. Quand l’hiver et les frimas s’installent, causes de nombreux désagréments de santé, les HE sont un allié qui s’impose car nous pouvons aussi bénéficier de ces propriétés.

 

Des précautions d’emploi à rappeler en permanence

La DGCCRF[1] est une source fiable pour les rappels de sécurité concernant les HE, qui sont loin d’être des produits anodins :

  • « L’usage des huiles essentielles est déconseillé chez l’enfant, la femme enceinte ou allaitante, les personnes âgées et les personnes souffrant de pathologies chroniques.
  • Ne jamais injecter d’huiles essentielles par voie intraveineuse ou intramusculaire.
  • Ne pas ingérer d’huiles essentielles [pures]
  • Ne jamais appliquer d’huiles essentielles sur les muqueuses, le nez, les yeux, le conduit auditif, etc.
  • Pour les personnes à tendances allergiques, toujours effectuer un test d’allergie avant d’utiliser une huile essentielle.
  • Après un massage ou une application cutanée, se laver consciencieusement les mains
  • Veiller à la qualité des huiles essentielles, aux garanties annoncées sur leur provenance ainsi qu’au mode de culture dont elles sont issues.
  • Ne jamais chauffer [fortement] une huile essentielle pour la diffuser ».

Et surtout, en aucun cas, les HE ne peuvent pas se substituer à un traitement médical. Il faut également faire attention à d’éventuelles interactions avec des médicaments, qu’il s’agisse d’allopathie ou d’homéopathie. En cas de doute, même faible, un avis médical s’impose. A ce propos, les informations présentées ci-après ne constituent en aucun cas une prescription médicale. Elles sont issues d’ouvrages ou de sites Internet spécialisés en aromathérapie et sont données uniquement à titre informatif. Elles ne sauraient en aucun cas engager la responsabilité de l’auteur de ces lignes ou de l’éditeur de la page.

 

Les « symptômes » de l’hiver

Rhume, grippe, gastro-entérite, baisse de forme… sont des symptômes typiques de l’hiver. Les causes en sont multiples et souvent associées : certains virus se développent mieux à basse température ; l’ensoleillement moindre (moins d’UV désinfectants) favorise leur multiplication ; notre réponse immunitaire baisse avec le froid ; celui-ci diminue l'efficacité des cils qui nettoient les bronches, ce qui favorise l'accumulation de mucus et de microbes dans les poumons ; le froid assèche aussi le mucus nasal qui n’assure plus sa fonction de barrière protectrice contre les germes, qui sont du coup inhalés ; le fait de rester à l’intérieur, dans des pièces moins aérées, nous expose à une atmosphère moins saine ; etc. Quant à la baisse de forme, elle est aussi multifactorielle, entre manque d’ensoleillement et journées plus courtes qui influent grandement, comme cela est connu, sur notre énergie et notre moral (les spécialistes parlent de « troubles affectifs saisonniers »). A quoi s’ajoute une alimentation généralement plus riche (plus grasse), qui alourdit la digestion, combinée à une consommation moindre de fruits et légumes frais, sources de vitamines et de minéraux.

Pour lutter contre toute cela, bien choisies et utilisées avec pertinence et de façon raisonnée, les HE sont capables de nous aider à passer ce mauvais cap.  
Photo Pixabay

 

12 huiles essentielles pour l’hiver

Les propriétés de notre sélection d’HE rappelées ci-après sont uniquement celles en relation directe avec les petits maux de l’hiver. Il va de soi qu’en général les HE ont un spectre d’action bien plus large. Pour un mode d’emploi détaillé, nous vous renvoyons vers les fiches techniques des fabricants (à choisir parmi les marques certifiées bio) et/ou des ouvrages imprimés, aux auteurs bien identifiés (médecins naturopathes, par exemple), plutôt que vers les « recettes » données sur Internet sur des blogs dont il est souvent difficile d’estimer la compétence des rédacteurs. Attention au « titre » d’aromathérapeute, non encadré, dont n’importe qui peut se prévaloir, sans avoir forcément suivi une formation sérieuse.


Photo Pixabay Mitchf1

 

  1. Arbre à thé ou tea tree (Melaleuca alternifolia)

Propriétés : antiseptique, antibactérienne, antivirale, antifongique, stimule le système immunitaire
Utilisation : en cas d’état grippal, d’angine, d’otite…
Exemples de mode d’emploi : par voie orale, quelques gouttes par jour, mélangées à du miel ; en diffusion pour assainir l’atmosphère ; en massage pectoral, en cas de bronchite, mélangée à une huile végétale et à d’autres HE (cannelle, eucalyptus radié…)…

  1. Cannelle de Chine (Cinnamomum cassia ou Cinnamomum aromaticum)

Propriétés : antiseptique, anti-infectieuse, antibactérienne, antivirale, antifongique, stimulante générale, respiratoire
Utilisation : en cas d’état grippal, angine, otite, bronchite ; combat la fatigue et stimule les défenses immunitaires…
Exemples de mode d’emploi : en diffusion ou en inhalation…

  1. Citron (Citrus limonum)

Propriétés : tonifiante, stimulante, purifiante (antiseptique et bactéricide), digestive
Utilisation : en cas d’état grippal ; en association avec d’autres HE pour faciliter leur digestion
Exemples de mode d’emploi : en diffusion pour purifier l’air ; par voie interne : une goutte ajoutée aux autres HE pour aider à leur digestion…

  1. Eucalyptus radié (Eucalyptus radiata)

Propriétés : antibactérienne, antivirale, anti-infectieuse, décongestionnante, expectorante, immunostimulante
Utilisation : en cas de rhume, sinusite, otite…
Exemples de mode d’emploi : en diffusion pour purifier l’air ; par voie orale en cas de grippe : ajoutée dans un grog chaud avec d’autres HE (cannelle, thym...) ; en massage pectoral en cas de bronchite, de rhume ou de sinusite, mélangée à de l’huile végétale et à d’autres HE (arbre à thé, petit grain bigarade, romarin…) ou en cas de fièvre ; en massage derrière l’oreille en cas d’otite (associée à du niaouli) ; sur un mouchoir ou en inhalation en cas de nez bouché ; en bain aromatique respiratoire…

  1. Eucalyptus globuleux (Eucalyptus globulus)

Propriétés : antiseptique, antibactérienne, antivirale, expectorante, décongestionnante, purifiante
Utilisation : en cas de bronchite et autres problèmes respiratoires, pour assainir l’air…
Exemples de mode d’emploi : en massage de la poitrine et/ou du dos, mélangée à de l’huile végétale, pour tous les problèmes respiratoires ; en inhalation en cas de rhume et de nez bouché…

  1. Lavande (Lavandula officinalis, Lavandula augustifolia, Lavandula vera)

Propriétés : antiseptique, anti-dépressive, régénératrice cutanée et cicatrisante
Utilisation : pour assainir l’air, en cas de mains abîmées par le froid
Exemples de mode d’emploi : en diffusion pour assainir l’air et apaiser ; en massage des mains, mélangée à une huile végétale nourrissante ou à du beurre de karité…

  1. Menthe poivrée (Mentha piperita)

Propriétés : antivirale, antibactérienne, stimulante
Utilisation : pour stimuler, assainir l’air et en cas d’affections respiratoires…
Exemples de mode d’emploi : en diffusion ou en inhalation…

  1. Niaouli (Melaleuca quinquenervia et Melaluca viridiflora)

Propriétés : anti-infectieuse, antibactérienne, antivirale, antifongique, fébrifuge, décongestionnante des bronches, expectorante, stimulante immunitaire
Utilisation : en cas de problèmes respiratoires, d’otite, de sinusite…
Exemples de mode d’emploi : en diffusion ou en inhalation ; en massage, diluée dans de l’huile végétale, derrière l’oreille ou au niveau des sinus (en évitant les yeux) en cas d’otite ou de sinusite…

  1. Pin sylvestre (Pinus sylvestris)

Propriétés : antiseptique, anti-infectieuse, stimulante, décongestionnante
Utilisation : en cas de problèmes respiratoires, bronchite, sinusite, maux de gorge…
Exemples de mode d’emploi : en diffusion ou en inhalation ; en massage du dos, diluée dans de l’huile végétale…

  1. Ravintsara (Cinnamomum camphora)

A ne pas confondre avec l’HE de ravensare (Ravensara aromatica)

Propriétés : anti-infectieuse, antivirale, immunostimulante, décongestionnante, tonifiante
Utilisation : en cas d’état grippal, d’encombrement des voies respiratoires, de rhinite, de sinusite, de pharyngite…
Exemples de mode d’emploi : en diffusion ; en massage pectoral et/ou du dos, diluée dans de l’huile végétale ; par voie orale, sur un comprimé neutre, du sucre ou dans du miel… A associer par exemple à l’arbre à thé ou à l’eucalyptus radié.

  1. Romarin à cinéole (Rosmarinus officinalis cineoliferum

Propriétés : antiseptique, antibactérienne, antifongique, stimulante
Utilisation : en cas de problèmes respiratoires, bronchite, sinusite…
Exemples de mode d’emploi : en diffusion (associée à l’eucalyptus radié) ; en inhalation…

  1. Thym vulgaire (Thymus vulgaris)

Propriétés : anti-infectieuse, antiseptique, antibiotique, antibactérienne, antivirale, stimulante immunitaire, tonifiante, expectorante, antitussive
Utilisation : en cas de problèmes respiratoires, de dépression, de problèmes de circulation des extrémités du corps
Exemples de mode d’emploi : en inhalation ou en diffusion ; par voie orale, sur un comprimé neutre, du sucre ou dans du miel ; en cas d’état grippal, en massage du dos ou de la plante des pieds, diluée dans de l’huile végétale ; en massage, également diluée, de la gorge, derrière les oreilles ou du dos et de la poitrine, en cas respectivement d’angine, otite ou bronchite ; en massage des extrémités des mains ou des pieds…

 

[1] Voir le site https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Publication/Vie-pratique/Fiches-pratiques/Huiles-essentielles