Valoriser les produits locaux


Mettre en avant les produits issus de circuits courts, régionaux, représentatifs du terroir et de savoir-faire locaux et à la traçabilité optimale, est aujourd’hui un incontournable.
Choisir des produits locaux permet au magasin de proposer une offre différenciante et originale, les petits producteurs offrant fréquemment des recettes innovantes que les marques nationales ont plus de mal à mettre en place. Certains magasins élargissent cette offre de produits locaux à de petits producteurs qui ne sont pas forcément certifiés bio, souvent par manque de moyens, mais dont l’éthique de fabrication est néanmoins irréprochable (absence d’additifs chimiques, respect du bien-être animal…). Des produits qui peuvent être de plus proposés, solution de plus en plus vue, dans des distributeurs hors magasin, permettant des achats 24h/24.
Solution pratique et gourmande : un partenariat avec des restaurateurs locaux préparant des plats à emporter préemballés, prêts à cuire ou juste à réchauffer. Sans aller jusqu’aux plats préparés, on peut aussi, comme l’a fait une enseigne néerlandaise d’épicerie fine, présenter sur des tables des recettes élaborées par des chefs, renouvelées partiellement chaque semaine et côtoyant les ingrédients nécessaires à leur réalisation à la maison, ainsi que les vins en accord et même de petits accessoires de cuisine utiles pour les préparer.
Comme il est important de communiquer sur l’origine locale de ces produits ou plats, l’idéal est d’afficher une carte géographique avec les noms et les portraits de ces artisans et restaurateurs.


Être un magasin vertueux et « citoyen »


L’engagement citoyen et sociétal d’un magasin, fédérateur, peut se traduire de nombreuses façons. Aux USA, la chaîne coopérative PCC Community Markets met en vente des paniers de produits bio pour 4 personnes, permettant de préparer un repas en moins de 30 minutes (la recette est fournie), vendus à 9,95 $ pour lutter sainement contre la précarité alimentaire.
À Londres, Planet Organic accorde de son côté 10 % de remise aux étudiants et au personnel du NHS, le réseau public de soin britannique. L’enseigne se vante par ailleurs d’être devenue en 2018 « la première entreprise zéro déchet alimentaire », d’une part en recyclant en compost ses déchets alimentaires non comestibles, utilisés ensuite par des exploitations agricoles autour de Londres, et d’autre part en écoulant ses invendus via des applications - qui existent aussi en France - permettant aux consommateurs de savoir que le magasin offre des promotions sur les produits proches de leur DLC.

Photo gpointstudio via Freepik


Impliquer les consommateurs


Faire du magasin un endroit où le client participe permet à ce dernier de « s’approprier » le lieu. Le rayon vrac, lui aussi devenu incontournable, convient entre autres à cela, avec par exemple les appareils permettant de préparer ses propres granolas, purées d’oléagineux, pâtes à tartiner et cafés moulus, avec des réglages à son goût. Les animations ponctuelles pour faire découvrir ce matériel sont idéales pour tisser des liens avec les clients et créer une communauté d’intérêt. Globalement, le client ne doit pas venir « par hasard » au magasin, juste par nécessité. D’où l’intérêt de créer des évènements, certes des ateliers de cuisine ou de cosmétique « faite maison », mais aussi des dégustations œnologiques, des dédicaces de livres,
des débats et conférences et, pourquoi pas, des concerts. Si les ateliers sont monnaie courante dans nombre de magasins, ils doivent être originaux voire intrigants, par exemple un atelier cuisine pour apprendre à utiliser les épluchures, fanes, fleurs, plantes sauvages ou encore le foin…


« Penser à côté »


Et n’oublions jamais « qu’inventer, c’est penser à côté ». Il ne faut pas hésiter à sacrifier parfois de la surface de vente pour créer de l’espace « non marchand », pour y installer ces animations et évènements ou d’autres services de proximité. Pourquoi ne pas créer, par exemple, en partenariat avec un artisan des environs, un espace conciergerie où le client pourra déposer des chaussures ou des clés à refaire, ce type de petit magasin disparaissant de plus en plus en région rurale ?
Autre exemple : de plus en plus de clients se déplaçant à vélo, la chaîne Bio Company berlinoise a installé depuis des années dans quelques-uns de ses magasins une mini-station de réparation pour vélos, avec les outils essentiels et de quoi regonfler les pneus. Encore mieux si on y ajoute une mini-station de recharge multiprise pour les vélos électriques !


Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez tous les 15 jours en avant-première une revue de presse de nos articles et vidéos & des infos sur les derniers produits ajoutés